• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le sport extrême se consomme avec modération

Le sport extrême se consomme avec modération - Dean Huston

Le sport extrême est une activité de tous les dangers, si on n’est pas bien préparé ou si on est mal équipé. La préparation consiste en gros à s’initier à un sport en particulier et à s’entraîner le plus régulièrement possible. À Québec comme à Montréal, on a l’embarras de choix en matière de sport extrême. Mais parmi toutes les activités proposées ici ou là, celle que je préfère, c’est le drift.

La course auto, une passion de longue date

Cela fait belle lurette que je suis habitué à participer à des courses automobiles. J’ai fait agrandir notre garage l’année dernière pour que je puisse avoir un atelier spacieux pour l’entretien des véhicules. Je suis déjà monté sur le podium deux fois. La première, c’était lors d’une compétition organisée à Montréal. La deuxième fois, c’était à l’issue d’une course à Toronto. Mais je n’ai jamais gagné jusqu’ici le moindre trophée dans ma propre ville, Québec. Si, j’ai tout de même gagné des trophées à Québec, mais des trophées un peu particuliers. C’est qu’à force de s’entraîner tout le temps, il m’est arrivé parfois d’oublier que je roulais à 120 km/h en pleine ville. Alors oui, les trophées en question, ce sont les amendes de la police. En tout cas, depuis quelque temps, je me suis entraîné sur une discipline, ou plutôt une sous-discipline particulière, en l’occurrence le drift. Je suis conscient que j’ai encore beaucoup de progrès à faire, mais l’essentiel est déjà de s’initier à cette activité passionnante.

Découvrir d’autres sports au moins aussi haletants que la course auto

Je me dis parfois que je deviens totalement accroc à l’adrénaline. Au point de m’intéresser à d’autres sports extrêmes. Un ami qui était chez moi quand l’équipe du remplacement toiture Laval est passée, m’a parlé du barefoot. Cela consiste en gros à faire du ski nautique les pieds nus. Je lui ai demandé si les frottements des pieds à l’eau n’étaient pas douloureux. Et comme à son habitude, il répond tout simplement : « Tu n’as qu’à essayer et tu verras si ça fait mal. Mais sois sûr que l’adrénaline sera bien au rendez-vous. » La recherche de cette fameuse adrénaline devient visiblement une obsession. Je me suis donc initié au barefoot sur les eaux de la Rivière-des-Prairies. Personnellement, le plaisir que j’ai ressenti est moindre par rapport à la course auto, notamment le drift. Mais c’était un bon moment. À Québec aussi, il y a pas mal d’activités intéressantes. Je m’essaierais bien une fin de semaine au plongeon de haut vol, ou d’escalade.

 

The author:

author